Santé

LA CIGARETTE ELECTRONIQUE EST ELLE PLUS DANGEREUSE QUE LA CIGARETTE CLASSIQUE ?

Alors est ce mieux de vapoter ou de fumer ?

Le grand Professeur DAUTZENBERG, Pneumologue, et Président de l’office Français de prévention du tabagisme (OFT) illustre la situation par une belle métaphore en comparant les dangers.

FUMER c’est prendre l’autoroute à contre sens

VAPOTER c’est prendre l’autoroute dans le bon sens

Alors qu’est ce qu’elle dit cette métaphore ? elle dit tout simplement que c’est beaucoup plus risqué de rouler à contre sens que dans le bon sens ! elle dit aussi que dans le bon sens il y a aussi des risques mais incomparables à ceux inhérents à la cigarette traditionnelle.

Mais alors pourquoi c’est moins dangereux ?

La cigarette électronique ne produit pas de monoxyde de carbone, un composant hautement toxique qui provient de la combustion de la cigarette classique.

La cigarette électronique ne contient pas non plus les 4000 substances nocives ou cancérigènes présentes dans le tabac et son processus de fabrication.

D’accord mais on ne sait pas non plus ce qu’il y a dans une cigarette électronique ?

Alors FAUX on sait parfaitement ce qu’il y a dans une cigarette électronique. Une cigarette électronique intègre un mécanisme de vaporisation. C’est tout simplement une batterie qui va envoyer de l’énergie à une résistance pour qu’elle chauffe le e liquide présent dans le réservoir et ainsi le transformer en vapeur. Donc il y a le côté matériel et le côté e liquide qui lui est composé de plusieurs éléments bien connus.

Un e liquide contient du propylène glycol (PG) et de la glycérine végétale (VG), les deux utilisé depuis longtemps dans l’industrie alimentaire et pharmaceutique, et cosmétique pour la glycérine végétale. La VG est un solvant non toxique. Ensuite un e liquide contient un ou plusieurs arômes alimentaires qui sont soit d’origine synthétique soit naturelle.

Un e liquide peut contenir également plus au moins de nicotine. La nicotine est la seule substance commune avec la cigarette classique. Cette nicotine n’est pas cancérigène, elle est addictive. Son rôle dans la vape c’est de combler le manque du fumeur au début d’un sevrage tabagique. C’est pour cela que nous vous conseillons de bien partir dans son bon dosage de nicotine pour pallier au manque, mais surtout l’avantage de la cigarette électronique c’est la possibilité de réduire sa prise de nicotine en prenant le taux de nicotine inférieur, lorsque vous l’aurez décidé vous-même dans votre parcours de sevrage tabagique.

C’est bien tout ça ! mais est-ce contrôlé et par qui ?

L’ordonnance du 19 mai 2016 fixe un cadre strict aux produits du vapotage. Elle encadre tous les produits nicotinés et les flacons ne peuvent dépasser le volume de 10 millilitres et la teneur en nicotine ne peux excéder 20 milligrammes.

Cette ordonnance oblige aussi les fabricants à :

1. Certaines mentions obligatoires sur le flacon

2. D’une notice d’utilisation

3. De déclarer et notifier tous les produits 6 mois avant la mise sur le marché. Cela veut dire déclaration de la recette dans son contenu.

En France, c’est ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation), qui est chargé de collecter toutes ces déclarations et notifications et de les analyser.

CONCLUSION :

Maintenant que vous avez lu tout cet article, vous pouvez répondre vous-même à la question de ce chapitre.

L’important c’est de rouler sur l’autoroute dans le bon sens, de ce faire plaisir avec une cigarette électronique, de réduire la consommation de nicotine quand vous l’aurez décidé, et ainsi de rejoindre toutes ces personnes qui ne fument et vapotent plus après avoir réalisé leur sevrage tabagique. Ce sevrage est plus au moins long en fonction de chaque individu et la hauteur de son addiction à la nicotine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *